Les Libéraux-Radicaux Genève

L’UDC renonce à soutenir une majorité de droite au Conseil d’Etat

Le PLR constate que l’UDC, malgré les enjeux pour Genève, a agi de manière impulsive et sournoise. Sa direction n’a pas saisi l’importance de dépasser les marchandages de partis pour assurer la majorité de droite au Conseil d’Etat. Elle a entraîné une partie de sa base dans un jeu dangereux et vendu ses voix à un candidat dont le comportement, au Grand Conseil notamment, est inquiétant. La présidente de l’UDC avait affirmé sur le plateau de Léman Bleu le 23 octobre dernier que le MCG « était un parti de gauche » et « ne servait à rien ».

Contrairement à ses affirmations publiques, la direction de l’UDC ne voulait pas discuter d’une collaboration avec le PLR mais a simplement transmis sa liste d’exigences non négociable. Un véritable ukase (voir ci-dessous). Cette direction a choisi d’auditionner le seul candidat MCG. Cela révèle l’état d’esprit d’un parti qui s’est vendu au MCG. De son côté, la direction opportuniste du MCG montre qu’elle veut clairement se placer du côté de la droite réactionnaire et nationaliste. La théorie du « ni gauche, ni droite » ne tient plus, sa direction est donc prête à tout pour accéder au pouvoir.

La décision précipitée et irréfléchie de la direction de l’UDC genevoise ne va pas aider son homologue vaudois à cinq jours d’une élection difficile où la droite unie tente de se rassembler pour reprendre la majorité au Conseil d’Etat.

Le PLR ne se sera donc pas laissé entraîner dans ce souk électoraliste UDC et MCG. Il n’aura pas acheté un soutien à n’importe quel prix. L’UDC a pris la responsabilité de favoriser la gauche pour l’élection partielle du 17 juin mais aussi pour les élections au Grand Conseil et au Conseil d’Etat en 2013. Le PLR reste confiant dans l’électorat UDC qui ne se laissera pas duper par ce marchandage incohérent et saura apporter son soutien à la majorité de droite au Conseil d’Etat.

Le PLR mettra à profit cette campagne, avec les appuis déjà acquis et ceux qui restent à gagner, pour prouver que son candidat est bien celui qui peut ramener la sérénité dans nos institutions et le bon sens démocratique pour celles et ceux qui veulent conserver la majorité à droite au gouvernement genevois et faire avancer notre canton.

Alain-Dominique Mauris
Président du PLR Genève

 

Annexe: Convention transmise par l’UDC au PLR

Convention d’apparentement

liant
PLR, les Libéraux-Radicaux Genève, représenté par Monsieur Alain-Dominique MAURIS, président.
et
UDC Genève, Union démocratique du centre Genève, représentée par Madame Céline AMAUDRUZ, présidente.

Préambule :
Les parties reconnaissent un intérêt commun et une difficulté commune à faire élire des candidats provenant de leurs rangs lorsque que ceux-ci sont opposés à des candidats soutenus par les partis de la gauche unie dans le cadre de scrutins au système majoritaire.
En 2011, un accord électoral a été conclu en vue des élections à la Cour des comptes et au Conseil des Etats.
Les parties souhaitent reprendre et compléter cet accord en vue de l’élection partielle au Conseil d’Etat en 2012, l’élection générale à la Cour des comptes en 2012 et l’élection générale au Conseil d’Etat en 2013.

Moyennant quoi, elles conviennent de ce qui suit :

Art 1 : 2012, renonciation réciproque
L’UDC ne présentera pas de candidat lors de l’élection partielle au Conseil d’Etat en 2012 et appellera ses électeurs à élire le candidat PLR.
En contrepartie, le PLR ne présentera pas de candidat à l’élection générale à la Cour des comptes 2012 et appellera ses électeurs à élire Yves Nidegger en le faisant figurer comme candidat unique sur son bulletin de vote.

Art 2 : 2012 à 2015, Conseil administratif
En cas d’élection partielle du Conseil administratif de la Ville de Genève, le PLR ne présentera pas de candidat et appellera ses électeurs à élire le candidat UDC, candidat unique sur le bulletin de vote.

Art 3 : 2013, liste commune au CE
Pour l’élection générale au Conseil d’Etat en 2013, le PLR et l’UDC présenteront une liste commune comprenant deux candidats, soit un PLR et un UDC. Si un des partis obtient plus de 20 sièges (soit 21 et plus) aux élections du Grand Conseil en 2013, ce parti pourra présenter 2 candidats sur une liste qui en comptera 3.
En plus du bulletin de vote commun, chacune des parties émettra son propre bulletin de vote avec les 2 (3) candidats.

Art 4 : 2013, apparentements
Les parties apparenteront leurs listes lors de l’élection au Grand Conseil et ne concluront pas d’autres apparentements, sous réserve d’un accord entre les deux partis.

Art 5 : 2014, Procureur général
L’UDC ne présentera pas de candidat lors de l’élection du procureur général en 2014 et appellera ses électeurs à élire le candidat PLR, candidat unique sur le bulletin de vote.

Art 6 : Bonne foi
Compte tenu de sa durée, la présente convention aura un impact important sur l’image publique de chacune des parties dès lors qu’elles apparaitront comme associées l’une à l’autre. Conscientes de cet enjeu, les parties s’engagent l’une envers l’autre à s’abstenir de tous propos ou comportements outranciers ou contraires aux mœurs et à obtenir de leurs élus, et tout particulièrement de leurs candidats communs, le respect du même principe. Le non-respect de la présente clause par l’une des parties entraine la caducité de la convention avec effet immédiat.

Art 7 : Confidentialité
Cette convention doit rester confidentielle.

Art 8 : Entrée en vigueur
La présente convention signée par les présidents des parties entre en vigueur immédiatement.
Elle devient toutefois caduque au cas où l’assemblée compétente des parties la refuserait avant le 30 avril 2012.

Fait à Genève le 26 mars 2012, en 2 exemplaires.

Commentaires

Submit your comment

Please enter your name

Your name is required

Please enter a valid email address

An email address is required

Please enter your message